L'écosystème créatif dans l'aire urbaine de Nancy

Situées au carrefour de l’art, du monde de l’entreprise et de l’innovation technologique, les industries culturelles et créatives (ICC), vectrices d’identité et de diversité culturelle, sont très prometteuses en termes de croissance. Moteurs de développement, elles fournissent un nombre d’emplois importants sur les territoires, souvent non délocalisables, contrairement à de nombreux types d’emplois industriels.

Les industries culturelles comprennent les industries ayant trait à la création, la production et la commercialisation de contenus créatifs de nature culturelle. Protégés en général par un droit d’auteur, ces contenus s’apparentent à un bien ou un service. Cette activité recouvre l’édition imprimée, le multimédia, la production cinématographique, audiovisuelle et photographique, ainsi que l’artisanat et le design.

Les industries créatives font quant à elles référence à un champ plus large. Elles englobent les industries culturelles auxquelles s’ajoutent toutes les activités de production culturelle ou artistique. Ce sont les industries dont les produits ou les services contiennent une proportion substantielle d’entreprises artistiques ou créatives et des activités comme l’architecture et la publicité.

Consciente des profonds changements auxquels sont soumises les ICC (évolution technique et technologique, évolution de la consommation des produits culturels…), cette étude appréhende ce champs sous deux angles complémentaires.

Calcul par les secteurs d’activité

Cette première approche s’appuie sur les neuf secteurs d’activités qui composent ces ICC : arts, publicité, édition et multimédia, livre et presse, audiovisuel, architecture, mode textile, artisanat d’art, design.

Depuis l’audiovisuel jusqu’au webdesign, les ICC emploient en France 650 000 salariés et génèrent de très fortes retombées économiques sur les territoires.

Les plus gros secteurs pourvoyeurs d’emplois sont la publicité avec 123 000 salariés, le multimédia avec 103 000 salariés, et les arts et spectacles vivants avec environ 103 000 salariés également.

Calcul par la nature des professions

Cette approche s’appuie sur la nature des professions « Culture et Loisir » pour comptabiliser les salariés et les indépendants qui travaillent dans les domaines suivants : cadres du patrimoine, journalistes, auteurs, responsables de programmation et de production / cadres artistiques de l’audiovisuel et des spectacles, artistes, professeurs d’art, photographes, ouvriers et techniciens / assistants techniques des spectacles vivants et audiovisuels.

De l’agent de sécurité d’un festival au conservateur d’un musée, les professions « culture / loisirs » représentent 540 000 emplois. 270 000 sont des cadres. Après plusieurs années de forte croissance, la crise de 2008 a entrainé une perte de 40 000 emplois salariés dans les ICC durant la période 2008-2012. Le secteur de la publicité a été le plus impacté avec une perte de 12 000 emplois. Parallèlement, le secteur de l’édition / multimédia a vu ses effectifs croître de 9 000 salariés. 

Retour

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation.